mardi 6 mai 2014

Avoir été… continuer de l’être, après la mort (W.S.)


Notre approche de l’Irlande ne peut se faire sans avoir au tréfonds de nous les bases de son passé, de ses racines. C’est pourquoi, au travers de nos pérégrinations, nous devons, mais nous aimons aussi nous pencher sur le culte des pierres, mais aussi sur celui de la mort. Ici rien d’indécent. La visite des cimetières n’est pas morbide, elle se fait en toute sérénité, dans le plus profond respect des âmes qui y reposent.



Notre quête du jour nous a emmenés à Kilgarvan, lieudit qui se trouve dans la banlieue de la petite cité de Bunnyconnelan, au pied des Ox Mountains ; c’est bien évidemment au cimetière que nous trouverons ce que nous recherchons : une pierre percée, une ogham stone.



Il n’y a rien d’effrayant ni de lugubre dans cet endroit, même si son apparence est loin d’être accueillante. Le cimetière n’est pas complètement abandonné. Il y a quelques sépultures récentes, mais d’autres plus anciennes, voire très anciennes. Il y a celles qui sont bien marquées, d’une grande stèle surmontée d’une croix celte, et celles, beaucoup plus modestes, qui se contenteront d’une croix de bois ou de fer. 




Certaines ne seront marquées que d’une simple pierre. Celles-ci datent certainement de siècles lointains, ou peuvent refléter l’expression de la grande pauvreté du défunt ou de sa famille.




Le cimetière de Kilgarvan est tout à fait « typique ». 

Nous y avons bien trouvé la pierre percée.


 La découverte de l’Ogham stone fut plus compliquée dans ce dédale de tombes. Nous sommes un peu déçus, son état de dégradation laisse entrevoir difficilement les marques d’écriture.




Au cours de ces recherches Nounours s’est arrêté sur une sépulture qui a retenu, on ne sait pourquoi, son attention. Il a essayé de dégager la végétation envahissante pour peut être y trouver un signe. Une sensation étrange s’est emparée de lui. Mais rien d’effrayant, c’était plutôt intriguant…..




Mais qui donc l’observe si fixement et mystérieusement au-delà du trépas ????


Je serais attirée en ce qui me concerne par un édifice commémorant la mémoire de Temperance O’Dowda, épouse du colonel Baron James Vipplar O’Dowda, victime des anglais le 10 septembre 1798 lors des batailles menées par l’armée franco-irish contre le joug anglais.





Nous quitterons cet endroit en toute sérénité, laissant la place aux maîtres des lieux visiblement, les moutons !




5 commentaires:

Anonyme a dit…

alors la pierre qui a intrigué W a effectivement de quoi attirer l'œil euh c'est quand même étrange...bon en même temps ça ne dérange pas les moutons ;) bisouilles seino marine au milieu d'une prairie de carton qui attendront encore un peu, ce n'est pas pour cette semaine! des boujoux!

Marie-hélène Gauthier a dit…

Moi, ça me choque pas du tout qu'on visite un cimetière, cela m'arrive et certains sont très beaux. Je ne suis pas surprise qu'on y trouve un monument funéraire ayant trait à l'un des épisodes de l'histoire irlandaise marquée par les tragédies. merci pour ce partage et bonne continuation à tous les deux
Marie-Hélène

Claudine Le Bagousse a dit…

Lieu chargé d'histoire et aussi malgré tout très pittoresque !!
Bises Sherry

Jeanne Fadosi a dit…

la vie dans ce lieu avec l'agneau et sa mère
j'aime aussi les cimetières. lieu de calme et de verdure quelquefois au cœur des villes (pas ici bien sûr)
belle semaine

LADY MARIANNE a dit…

rien de mal à visiter des cimetières- anciens ou récents-
du moment qu'on respecte les lieux-
au contraire c'est intéressant-
une belle visite
bonne continuation - bisous !!